extension nom de domaine


Dans le vaste univers d’internet, votre nom de domaine sert de première impression digitale. Il est le reflet de votre marque, de votre mission et de votre présence en ligne. Alors, comment bien choisir l’extension de nom de domaine idoine ? Zoom sur les éléments à retenir.


Extension de nom de domaine : que faut-il savoir ?


L’extension de nom de domaine est le suffixe qui se situe à droite du nom de votre site. Par exemple dans le cas de lapimprenelle.fr, il s’agit du « .fr. » Chaque domaine possède une extension unique, adaptée aux ambitions et à la portée géographique de l’entreprise. Le choix est libre tant que le domaine est disponible, mais il reste temporairement votre propriété, aussi longtemps que vous renouvelez votre hébergement web.


À l’origine, les extensions visaient à classifier les domaines par fonction, telle que le « .com » pour les sites commerciaux ou .org pour les organisations à but non commercial.
Aujourd’hui, les extensions de domaine sont inhérentes à tout site, car elles reflètent votre identité en ligne, nécessaire pour être classifié par les moteurs de recherche comme Google.


Quel lien entre nom de domaine et extension de domaine ?


Le choix du nom et de l’extension de domaine est indissociable. L’un ne va pas sans l’autre. Le résultat final de votre nom de domaine doit être clair, unique, cohérent, court, facilement lisible, mémorisable et sans ambiguïté ! Vos clients potentiels doivent vous trouver aisément, sans risque de confusion.


Les différentes catégories d’extensions de nom de domaine


Il y a plusieurs catégories d’extensions de noms de domaine. L’IANA (Internet Assigned Numbers Authority) reconnaît officiellement trois types de domaines de premier niveau ou Top Level Domain (TLD) :

  1. Les gTLD (domaines génériques de premier niveau),
  2. Les sTLD (domaines de premier niveau sponsorisés)
  3. Les ccTLD (domaines de premier niveau d’indicatif de pays).


Les extensions génériques de premier niveau (gTLDs)


Elles sont différenciables du pays d’origine du site et comptent 3 lettres.

Le « .com » est très répandu, tant dans le commerce électronique, les sites vitrines ou institutionnels. Il est également courant pour les réseaux sociaux comme facebook.com, linkedin.com, instagram.com et dans les adresses e-mail.
Le « .org », lui tire son origine du mot « organisation » et était initialement destiné aux organisations à but non lucratif comme Médecins du monde ou encore Greenpeace. Aujourd’hui, il est utilisé pour divers types de sites open source, mais aussi parfois sur des sites de piètre qualité, dû à sa disponibilité plus élevée.
Quant au « .net », dérivé du mot « network », il était à l’origine destiné aux entreprises liées à internet. Aujourd’hui, il est largement utilisé dans divers secteurs, notamment dans la publicité, en raison de la forte popularité du .com et de sa fréquente indisponibilité.


Les extensions géographiques de pays (ccTLD)


Comme leur nom l’indique, elles représentent des pays ou zones géographiques spécifiques. Liste non exhaustive :
.us – États-Unis ;
.fr – France ;
.eu – Union européenne ;
.de – Allemagne ;
.ca – Canada ;
.nl – Pays-Bas…


Il existe un total de 312 ccTLD différents. Certaines de ces extensions imposent des restrictions de résidence pour l’achat, tandis que d’autres peuvent être acquises librement.
Ces extensions visent une audience de proximité et participent à l’amélioration du référencement.


Les nouvelles extensions génériques (nTLDs)


Les nTLDs ont fait leur apparition en 2008. Elles sont composées d’au moins trois caractères et peuvent être disponibles sans contraintes. Ces dernières ont été lancées par l’ICANN pour remédier à la saturation des extensions telles que .com.


Exemples de nouveaux gTLDs :


Extensions géographiques locales comme le .BHZ ou le .PARIS ;
Les extensions de marque telles que le .APPLE ;
Extensions communautaires ou thématiques comme .GAY, .MUSIC…


Quel impact une extension a-t-elle sur le référencement d’un site ?

Opter pour une extension peu connue peut rendre votre site moins mémorisable pour les utilisateurs, ce qui pourrait entraîner moins de liens entrants. De plus, cela pourrait être perçu comme du spam, réduisant ainsi le taux de clic.

Les extensions liées aux zones géographique peuvent améliorer sensiblement votre référencement et la compréhension de vos pages par les moteurs de recherches. Mais on ne le répètera jamais assez le contenu est ROI. Peu importe l’extension choisie, si votre contenu éditorial est mauvais, votre site n’atteindra pas les sommets de la SERP. Et ruser avec le rachat de nom de domaines expirés (contenant une extension donc) avec un DA (domaine d’autorité) élevé est loin d’être une bonne idée. La dernière politique anti spam de Google, le rappelle sèchement.


Quels sont les principaux facteurs à prendre en compte pour choisir votre extension de domaine ?


Les critères de choix d’extension de domaine doivent être stratégiques. Ils doivent être cohérents avec :

L’ objectif et le rôle de votre site web


Prévoyez-vous un blog personnel, un site pour une école ou une ONG ? Chaque type de site correspond à une extension spécifique. Par exemple, pour un blog personnel, le .me (dont la signification est « moi ») est plus adapté que le .edu ‘(pour éducation). Toutefois 43% des sites et blogs dans le monde sont hébergés par WordPress avec une majeure partie d’ extensions géographiques ou en .com. Le mauvais choix peut induire votre public en erreur.

Le prix : combien coûte une extension de nom de domaine ?


Certaines extensions très demandées peuvent être très coûteuses ! Les extensions comme .fr, .info, .com, .store, .org, .biz, .net, .online, .tech , .be, .name . sont les plus prisées. Et la file d’attente peut être longue. Un .com peut coûter plus cher qu’un .co ou .net qui reste abordable eu égard à leur plus grande disponibilité. Trouvez le bon compromis entre qualité et prix !

Le prix du nom de domaine est souvent inclus lors de l’acquisition de votre nom de domaine pour une durée de 12 mois. Mais les hébergeurs peuvent opérer une augmentation en fonction de l’extension disponible à l’instant T et de sa rareté.

Le pack hébergement + extension généralement constaté est d’un centaine d’euros à l’année.

Anticiper a réservation d’une extension de nom de domaine est un investissement durable.

Votre zone géographique


Si votre site web vise un marché local, son extension sera différente de celle d’un site avec une audience internationale. Votre choix doit refléter votre positionnement et contribuer à votre référencement.

L’optimisation de votre référencement naturel


Pour générer du trafic naturel, choisissez la meilleure combinaison de nom de domaine en accord avec votre ciblage marketing et domaine d’activité. Par exemple, l’extension .uk boostera votre ranking si vous êtes au Royaume-Uni.
Bien que Google affirme que le choix de l’extension n’a pas un grand impact sur le référencement naturel, il augmente vos chances d’apparaître parmi les premiers résultats pour une requête liée à votre zone ou pays.

Les noms de domaine à éviter


Au fil du temps, certaines extensions de domaine ont acquis une mauvaise réputation, souvent utilisées à mauvais escient par des spammeurs pour envoyer des courriels indésirables.
Voici donc quelques extensions à proscrire :
.gq ;
.cf ;
.tk ;
.ml ;
.ga ;
.men ;
.top ;
.link ;
.work ;
.date.

Conclusion

Le choix de son extension de nom de domaine est propre à chaque marque. Vous devez vous poser certaines questions et analyser ce qui serait le plus cohérent pour votre site. Mais une extension de nom de domaine peut être indisponible. Le premier arrivé sera aussi le premier servi. Si vous tenez vraiment à une extension précise pour votre site internet, vous pouvez jouer avec le nom de domaine lui même. Pour illustrer mes propos, si demain j’ai envie de réserver lemonde.fr….mais que…oups…le .fr est déjà pris. Je tenterais lemonde.com…patatras, tu peux pas test. J’essaierais le-monde-fr…bingo ! Mais attention à ne pas être mangé en terme de référencement par un mastodonte surtout si vous opérez dans le même champ d’activité. De surcroit ce serait un flop total auprès de votre audience cible.

Article invité, par Homère KOUAGOU, rédacteur web SEO. Augmenté par La Pimprenelle.

Categories:

Tags: